Autres techniques

12/08/2010

On ne peut guérir la partie sans soigner le tout.

On ne doit pas soigner le corps séparé de l’âme,

et pour que l’esprit et le corps retrouvent la santé, il faut commencer par soigner l’âme.

Car, c’est une erreur fondamentale des médecins d’aujourd’hui :

séparer dès l’abord l’âme et le corps.

[PLATON, Les Charmides – 427-347av. J.C.]

Plusieurs chemins mènent au même sommet. Le propos de la thérapie est de remettre du mouvement, de la vie, de la conscience, de l’énergie etc. là où il y a manque. La personnalité, le savoir être du thérapeute sont déterminants. Cependant, selon, sa sensibilité, son histoire, ses croyances, tel thérapeute privilégiera tel outil, telle technique, tel modèle de notre fonctionnement. Certains sont malheureusement si inféodés à une « école » qu’il leur arrive d’en oublier l’essentiel : le patient, la souffrance, l’autre. D’autres, ouverts par nature, pourront puiser à d’autres sources et compléter leur palette d’intervention thérapeutique avec de nouvelles idées ou manières d’agir. Ceci, dans l’objectif d’améliorer leur souplesse d’écoute et d’ajouter des cordes à leur arc afin d’augmenter les chances d’atteindre, avec leur patient, le cœur de sa cible (celle du patient, et non celle du thérapeute qui doit rester un archer sans cible… et sensible !)

Une pratique évolutive et en devenir

Ne s’arrêtant à aucune technique ou dogme limitant, la psycho-bio-thérapie est, elle aussi, vivante, donc en évolution et susceptible d’adjoindre à ses techniques de base tout outil ou technique complémentaire visant à une meilleure efficacité.

C’est pourquoi, s’ajoutent à la palette du praticien, des découvertes sur les influences transgénérationnelles (psycho-généalogie, découvertes de *Marc Fréchet…) ou du milieu familial (systémie familiale), ainsi que d’autres orientées vers l’expression de notre inconscient : métaphores thérapeutiques, projet-sens*, cycles biologiques des cellules mémorisés*, thérapie par stimulation alternée (intégration par mouvements oculaires…)

Un objectif constant : l’efficacité thérapeutique

À toutes les techniques de base (PNL et hypnose qui découlent essentiellement d’une ­approche ericksonienne de la thérapie), peuvent s’adjoindre des spécialités plus spécifiques selon les cas à traiter. Seule l’efficacité motive le choix des outils mis en œuvre lors d’une séance.

On notera l’intérêt manifeste pour l’usage des « métaphores » inspiré tant d’Erickson, dans ce qu’on pourrait qualifier parfois de chamanisme thérapeutique, que d’autres auteurs non nécessairement en lien avec la thérapie. Les contes, mythes et légendes se fondent généralement sur des « vérités » qui, si elles sont peu du goût de notre raison, parlent à notre inconscient par les symboles qu’elles emploient – Freud l’a bien compris avec son célèbre complexe d’Œdipe inspiré de la mythologie grecque mais sans doute aussi de sa propre vie…

Les commentaires sont fermés.