Accueil > bio-décodage, Théorie, thérapie > Le symptôme : une adaptation biologique à un ressenti émotionnel

Le symptôme : une adaptation biologique à un ressenti émotionnel

En cas de stress intense et selon certaines conditions heureusement exceptionnelles, notre cerveau délègue la tâche de résoudre la difficulté, à la sagacité très relative de nos cellules. La manière dont est perçu le danger orientera le choix des cellules chargées d’y remédier. Cependant, fortes de milliards d’années d’évolution, nos cellules n’ont à leur disposition que des solutions biologiques d’adaptation qui réagissent de façon apparemment inadaptée aux aléas de notre vie moderne de plus en plus éloignée de la vie naturelle. Cette solution adaptative exceptionnelle est souvent ce que l’on appelle la maladie.

Le symptôme est une modalité d’écriture, un message codé, un hiéroglyphe de l’âme.

[ Dr. Serge Tribolet ]
À conflit biologique archaïque, solution d’adaptation biologique archaïque

La cellule puise dans son patrimoine biologique une réponse : le symptôme, sorte de sur-adaptation ou programme d’urgence. Ce pourra être : faire un surplus de cellules pour produire davantage, augmenter une sécrétion ou combler un manque, nécroser pour éliminer un excès etc.

Une solution est donc mise en œuvre, qui correspond à l’interprétation cellulaire de la situation. Il y a « codage biologique » de la réponse. Ça passe dans le corps. Ça se somatise. Un symptôme apparaît.

Je bronze pour protéger mon derme de la brûlure solaire, c’est le cas habituel. Je sur-bronze par un excès de mélanine produite par des mélanocytes en surproduction. C’est le mélanome, une sur-adaptation. Elle répond à un ressenti similaire mais sur-aigu. Les cellules ont codé une réponse biologique extrême en réponse à un stress psychologique intense. Le ressenti émotionnel, pierre angulaire du décodage biologique, représente le chaînon manquant entre les deux.

Le symptôme physique, la maladie, sera la réponse cellulaire à ce qui est perçu comme un danger pour l’individu au complet. La cellule réagit pour l’organisme entier. Elle réagit biologiquement à son niveau, avec ses solutions archaïques, à un stress généré par notre représentation psychologique d’une situation : le ressenti émotionnel.

Par exemple, quand je constate que ma voiture a été volée et que cette voiture représente l’unique possibilité de travailler (je suis représentant multicartes indépendant) et que j’ai déjà vécu, ou craint de vivre, très douloureusement une période de vaches maigres, il est possible, si des critères particuliers sont réunis*, que des cellules hépatiques répondent « anormalement » au ressenti de manque par une pathologie du foie. Le foie, grenier de l’organisme, étant souvent sollicité, lors de conflits liés au manque ; manque de nourriture ou, par extension, d’affection, d’argent…

* ça arrive par surprise (je ne m’y attendais pas), avec une grande intensité dramatique (ça met en cause mes valeurs vitales), vécu sans solution immédiate et dans l’isolement (je n’ai personne capable de comprendre ce que je vis).

Bien entendu, selon ma structure, acquise au travers de mes expériences, je peux vivre sans stress la situation – ça tombe bien, j’avais besoin de changer de voiture… L’impact de l’événement agit selon ma façon de me le représenter, mes peurs, mes expériences restées douloureuses.

Codage et « reprogrammation cellulaire » – la réversibilité du symptôme

En toute logique, si le symptôme est censé être une solution à un stress ou conflit, il suffit de supprimer la cause pour supprimer l’effet.

L’utilisation du décodage biologique en psycho-bio-thérapie adopte ce point de vue.

On parle d’intention positive du symptôme qu’on tente de comprendre, plutôt que d’éliminer coûte que coûte. On évitera de confondre l’effet, c’est-à-dire le symptôme, avec la cause que l’on cherche.

Pour découvrir ce qui a motivé le symptôme, on le considère comme le résultat « réussi » d’une réaction à une situation jugée critique. Reste à retrouver ladite situation…

En se plaçant dans une logique biologique, la solution indique le type de conflit biologique qui l’a suscitée. Décoder les caractéristiques du symptômes, permet au bio-décodeur de reconstituer les circonstances telles que la biologie les a envisagées. La question incontournable est : quel est le bénéfice biologique d’un tel fonctionnement (pour la cellule, le tissu, l’organe, l’appareil, l’organisme) ?

Comprendre ce qu’a ressenti la cellule en dysfonction (sa psychologie cellulaire ?!) amène des hypothèses quant à ce qu’a ressenti la personne « malade ».

Reprogrammation cellulaireIl peut se produire comme une « reprogrammation cellulaire » qui consiste à rendre inutile le résultat recherché par le symptôme. Soit en donnant à la personne l’occasion de comprendre d’elle-même que le drame est passé (ex. elle n’a plus quatre ans et peut se défendre), soit en lui permettant de trouver d’autres façons plus efficaces de répondre au besoin insatisfait etc.

Il y a réinterprétation de l’événement d’origine et, comme en informatique car il s’agit bien d’information, mise à jour de sa façon de voir sa vie, davantage en adéquation avec les circonstances actuelles de son existence.
Le symptôme, n’a plus de raison d’être et la capacité d’auto-guérison du corps s’en trouve dynamisée ; de nombreuses études ont démontré qu’en complémentarité des soins médicaux, un accompagnement thérapeutique améliore souvent de façon notable l’efficacité globale des traitements.

Se fondant sur ce principe, se développent également des disciplines transversales telles que la neuro-psycho-immunologie qui, en agissant sur l’indéniable connexion entre nos pensées, notre moral et les systèmes de défense du corps, favorisent psycho-biologiquement la guérison de personnes atteintes de maladies graves (cancers, SIDA etc.)

Les commentaires sont fermés.